'; popupImage = window.open('','_blank','toolbar=0,location=0,directories=0,menuBar=0,scrollbars=0,resizable=1'); popupImage.document.open(); popupImage.document.write(html); popupImage.document.close() };

 

www.foreziens-en-caledonie.com ... Home ...  


Province Sud

Ile des Pins

Tourisme ... le passage de Joannes Caton ...
     

mise à jour : 26.10.2003
(c) B.Rivatton





 

Joannes CATON ... déporté ...          

Biographie

Voyages

Ducos

Ile des Pins

Le retour

Cartographie

Accueil / home


Carte de situation de Ile des Pins(province Sud), à 70 km de Nouméa.
Crédit photo : Bureau du Tourisme de la Province Sud.


L'Ile des Pins, de son vraie nom Kunié, est un véritable paradis sur terre ...

C'est James Cook, qui en découvrant l'île, et ses devenus célèbres araucaria (nom scientifique des pins colonnaires) la baptisa "ile des pins".

L'île, longue de 18 km pour 14 de largeur, est peuplée par huit tribus. Le chef-lieu est Vao (au sud), siège de la Grande Chefferie.

A voir :

Vao : Eglise inaugurée en 1860, belles boiseries. Statue du sacré-coeur commémorant l'arrivée des premiers maristes le 12 août 1848, les pères Goujon et Chatelus.

Pic N'ga, point culminant de l'île, à 226 m.

Baie de Kuto : plage de sable fin, ... et baie de Kanuméra et son célèbre rocher.

Baie d'Upi, est ses petits rochers "champignons", avec à proximité la piscine d'Oro.

Baies de Gadji et de Ouaméo ...

Vestiges de la Commune, voir ci-dessous

Pour découvrir en détail l'ïle des Pins : www.ile-des-pins.com

retour haut de page

 


l'Ile des Pins, carte de la déportation.
Crédit photo : R. Joannot, publiée in Journal d'un déporté ....
la carte en plus grand format (326 ko)


l'Ile des Pins, détail du secteur de la Baie de Ouaméo.
Crédit photo : R. Joannot, publiée in Journal d'un déporté ...


Les vestiges du bagne ...

3.000 déportés de la Commune de Paris furent exilés ici, à partir de 1872, après un accord avec la reine Hortense. Ils furent répartis en cinq communes (la sixième sera réservée pour les déportés algériens de 1871) sur la rive ouest.

A voir :

- Anciennes prisons de Comagna

- Cimetière de la Commune (route de Kuto à l'aéroport)

Jules Garnier et le Nickel ... Joannes Caton en déportation à l'Ile des Pins

Pour découvrir en détail l'ïle des Pins : www.ile-des-pins.com

retour haut de page

 


Le site de GIAT Industrie à Saint-Etienne, avec l'emplacement de l'atelier "Ile des Pins", avant la démolition.
Crédit photo : X,

 


Un étonnant lien ... avec Saint-Etienne (France - Loire)

L'île des Pins … détruite … à Saint-Etienne

Un atelier de la Manufacture Nationale d'Armes de Saint-Etienne (GIAT industrie), baptisé l'Ile des Pins a été démoli les jours derniers.

Ce bâtiment a été construit vers 1915, avec une structure métallique de type Eiffel. Il était destiné à abriter forge, fonderie et atelier d'emboutissage. Il semblerait qu'il fut rapidement baptisé " Ile des Pins " en raison à la fois de la forte chaleur qui y régnait et surtout du fait que les ouvriers qui travaillaient à l'emboutissage avaient les bras enchaînés, comme des déportés. Ceci afin d'éviter de sa faire prendre les mains dans les énormes presses d'emboutissage. Un système automatique retirait ainsi les bras attachés par les chaînes avant la descente des matrices.

Des stéphanois, ayant participé à la Commune de Saint-Etienne (avril 1871), dont le plus connu d'entre eux est Joannes Caton, seront en effet déportés en Nouvelle-Calédonie. Dans un premier temps en enceinte fortifiée sur la presqu'île de Ducos, puis à l'île des Pins. On peut penser que l'appellation " île des Pins " pour cet atelier a peut-être un lien avec la visite de Louise Michel (dite " la Vierge rouge ", également déportée en Nouvelle-Calédonie) à Saint-Etienne en 1880, et qui décède en … janvier 1905. Signalons cependant, que les déportés à l'île des Pins, uniquement des déportés politiques, n'étaient pas enchaînés, et que le " véritable bagne " se trouvait lui sur la presqu'île de Nou, à Nouméa.

Décidément les " liens " entre Saint-Etienne et la Nouvelle-Calédonie sont nombreux … après Jules Garnier, stéphanois et découvreur du nickel calédonien … En effet, outre l'ingénieur stéphanois Jules Garnier, qui séjourne sur le Territoire de 1863 à 1866 et y découvre le nickel, il faut aussi signaler Joannes Caton, déporté de la Commune, qui restera sur la presqu'île Ducos entre 1873 et 1877, puis jusqu'en 1879 sur l'île des Pins. Enfin, la présence de Frères ou Pères Maristes est particulièrement importante en Nouvelle-Calédonie, et certains d'entre eux sont originaires du département de la Loire.

Outre son nom, ce bâtiment était également intéressant car sa charpente métallique portait les traces du bombardement de 1944 … des éclats d'obus encastrés dans des piliers … C'est d'ailleurs pour cette raison, que la Ville de Saint-Etienne, à la demande de Philippe Peyroche, a souhaité la conservation de ces piliers. Espérons que le programmateur immobilier pourra les intégrer dans les futures constructions … et peut-être même donner le nom "île des Pins" à l'un des bâtiments …

A suivre …

Article publié in Saint-Etienne, histoire et mémoire, bulletin du vieux Saint-Etienne,
n. 211, octobre 2003, reuve trimestrielle des Amis du Vieux Saint-Etienne.

 

retour haut de page

 

 

 

Joannes CATON          

Biographie

Voyages

Ducos

Ile des Pins

Le retour

Cartographie

 

écrire à l'auteur ...
Site : Les Foréziens en Nouvelle Calédonie (c) Bernard Rivatton 08.2002 - Reproduction interdite sans mention d'origine.

http://www.foreziens-en-caledonie.com

Localisation des visiteurs de cette page