'; popupImage = window.open('','_blank','toolbar=0,location=0,directories=0,menuBar=0,scrollbars=0,resizable=1'); popupImage.document.open(); popupImage.document.write(html); popupImage.document.close() };

www.foreziens-en-caledonie.com ... Home ...  

    Autres Foréziens en Calédonie
     

mise à jour :  09.01.2012
(c) B.Rivatton





Accueil / home

 
Un militaire ... Fleury Guichard

" Plus d'un Forézien a fait sans doute partie des troupes du corps d'occupation. Je n'en ai retrouvé qu'un seul, M. Fleury Guichard, orginaire de Feurs, qui mourut commandant et officier de la Légion d'honeur. Il construisit vers 1863 le premier tronçon de la route qui va de Nouméa à la rivière de la Dumbéa".

Extrait de : Sylvain Girerd, Les foréziens aux colonies, 1904, p.256

Il s'agit de Fleury Louis Guichard, né à Feurs le 4 février 1835, fils de Claude et de Jeanne Benoite Rousset. Il a fait partie de la Compagnie disciplinaire des Colonies (grade de sous-lieutenant, puis lieutenant). Il est resté quelques années (1860-66) en Nouvelle Calédonie. Il est fait Officier de la Légion d'Honneur en 1872 (alors en poste à Saint-Denis de la Réunion). Il est mort le 24 aout 1896.
Son frère cadet Jean-Marie né à Feurs le 30 décembre 1843 n'est autre que le père de Geoffroy Guichard.

 Source : Dossier Légion d'honneur (Base Léonore)
Merci à  GS de Villars pour les informations.(01.2012)

retour haut de page

 

 
Dans le cadre du service militaire ...

Jean Chaumier

Né le 23 février 1861 à Saint-Etienne, passementier, il effectuera son service militaire en Calédonie dans le 2ème régiment de la Nouvelle-Calédonie.

Il embarque (à priori à Toulon) le 10 octobre 1883 sur La Dordogne, et arrive en Nouvelle-Calédonie le 10 février 1884.

Il quitte Grande-Terre le 11avril 1887, à bord de La Sologne, et arrive en France le 25 mai 1887 (à priori à Toulon).

Sources : Extrait de sa fiche de situation militaire

retour haut de page

 


Charles Amouroux (1871)

Photo carte de visite, Album 10. (c) Charles Deering McCormick Library of Special Collections.



Charles Amouroux, député de la Loire, 1885.

Dessin, imprimé, La Loire Républicaine. Collection Musée du Vieux Saint-Etienne, inv. 1619.

 


Charles Amouroux

Charles Amouroux, secrétaire de la Commune de Paris, sera déporté en Nouvelle-Calédonie. Il sera Député de la Loire en 1885. C'est donc à ce titre qu'il figure ici.

Charles Amouroux né le 24 décembre 1843 à Chalabre (département de l'Aude). Il suivra une formation de chapelier à Paris. Travaille ensuite à Nantes où il organise en 1863 une société d'ouvrières chapelières, avant de revenir à Paris.

Il est membre de l'Internationale et du Comité Central de la Garde Nationale.

Les 26 et 27 mars 1871, il est à Lyon, confiant une délégation à Montcharmont (capitaine au 196e bataillon fédéré) et de Saint-Hilaire pour agir à Saint-Etienne.

Les événements de la Commune de Saint-Etienne ... le rôle d'Amouroux ... Histoire de la Commune à Saint-Etienne (1871)

Il sera élu à la Commune de Paris par le IVe arrondissement, et désigné secrétaire de la Commune le 11 avril 1871. Il est fait prisonnier le 21 mai. Pour à la fois ses actes sur Paris et en province, sera condamné trois fois à la déportation en enceinte fortifiée (Lyon, 2 sept. et 3 oct. 1871 ; Riom, 5 déc. 1871) et aux travaux forcés à perpétuité (3e conseil de guerre de Versailles, 22 mars 1872).

Déporté en Nouvelle-Calédonie, il part de Toulon le 10 juin 1872. Il participera à la répression de la révolte canaque à Canala en 1878, avec trente autres détenus. Il sera gracié le 8 mai 1880.

A son retour en métropole, il devient journaliste à Paris. Candidat dans la Loire aux élections législatives de 1881, il sera cependant élu conseiller municipal de Charonne la même année.

Il est élu député du département de la Loire le 5 avril 1885 (il démissionne alors du conseil municipal de Charonne, ayant été réélu le 4 mai 1884). Il décède à Paris le 23 (ou 24) mai 1885, et est enterré au cimetière du Père Lachaise le 26. Deux ans plus tard, le 26 juin 1887, on élève un monument à sa mémoire au Père-Lachaise.

Une rue et un square porte son nom à Saint-Etienne, dans le quartier de Bellevue.

Source principale : Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (Maitron)

Il est l'auteur de :

Type : texte imprimé, monographie
Titre(s) : Amouroux et Henri Place.
L'Administration et les maristes en Nouvelle-Calédonie [Texte imprimé]
Publication : [S. l. n. d. ?]
Sujet(s) : Nouvelle-Calédonie France -- Colonies -- Histoire
Notice n° : FRBNF34139787
Nombre d'exemplaires : 2
1 Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin 8- LK13- 88 support imprimé
2 Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin MFICHE 8- LK13- 88 support imprimé microformé

Type : texte imprimé, monographie
Auteur(s) : Amouroux, Charles
Titre(s) : Amouroux et Henri Place. L'Administration et les maristes en Nouvelle-Calédonie. Insurrection des Kanaks en 1878-1879. 2e édition... [Texte imprimé]
Publication : Paris : Périnet, (1882)
Description matérielle : In-18
Notice n° : FRBNF30017223
Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin LK13- 88 support imprimé


retour haut de page

 



Titre du paragraphe

En cours de rédaction ... merci de votre patience ....

Vous pouvez nous laisser un message ... nous vous informerons de la mise à jour de cette page.

écrire à l'auteur pour être informé de la mise à jour de cette page ...


retour haut de page

 


écrire à l'auteur ...

Site : Les Foréziens en Nouvelle Calédonie (c) Bernard Rivatton 05.2001 - Reproduction interdite sans mention d'origine.

http://www.foreziens-en-caledonie.com

Localisation des visiteurs de cette page